La machine à laver, ennemi de la flexibilité

Article : La machine à laver, ennemi de la flexibilité
Étiquettes
20 septembre 2017

La machine à laver, ennemi de la flexibilité

S’il y a un objet encombrant, cher et anti-flexible au possible que beaucoup d’entre nous possèdent, c’est bien la machine à laver. Mis à part le cas spécifique des familles nombreuses qui doivent parfois faire jusqu’à plusieurs machines par jour, la machine à laver est un luxe dont beaucoup pourraient se passer. Oui mais comment ? Il faut bien les laver tous ces vêtements… En allant à la laverie, mais pas seulement.

Ne soyez plus esclave de la machine

Devenir flexible, c’est l’occasion d’apprendre à faire les choses soi-même, à ne plus dépendre de rien ni de personne. Un torchon à laver ? Une serviette de bain qui sent les pieds ? Plus de chaussettes à vous mettre demain ? Alors frottez. Lavez-les à la main. Ça paraît fastidieux, mais ça ne l’est pas plus que de faire la vaisselle.

Aller à la laverie automatique coûte cher…

Mais avoir une machine aussi. A l’achat, en eau, en électricité. Si vous êtes une personne relativement mobile, pensez à toutes les tracasseries et parfois les frais (de location de véhicule par exemple) qu’engendre votre machine à laver à chaque déménagement.

Sans parler de l’espace perdu, certes minime en valeur absolue, mais non négligeable si vous louez un appartement dans une ville chère. A Paris, le mètre carré coûte en moyenne 30 euros par mois à la location. C’est à peu près l’espace qu’occupe une machine à laver. Et dans certains studios, chaque mètre carré compte !

Squattez la machine de vos potes

Pour laver vos fringues en dehors de chez vous sans que cela ne soit une corvée, faites en un moment de partage. Pensez à vos amis sédentaires qui eux ont fait le choix d’avoir une machine à laver. L’objectif n’est pas de vivre à leur crochet. L’opération doit être donnant-donnant. Apportez quelque chose à partager. Des croissants si vous êtes matinal(e), un pack de bière ou un bon DVD à mater pour passer le dimanche après-midi.

Et si vous n’avez pas de potes ?

Alors incrustez-vous chez vos voisins. Pas en sonnant à toutes les portes de votre immeuble (quoique) mais en trouvant une machine sur Internet. Le site www.lamachineduvoisin.fr par exemple, répertorie les personnes près de chez vous disposées à vous prêter leur machines et à partager un café. Pensez également aux SEL (Services d’Entraide Locale) qui permettent aux habitants d’un quartier de se rendre des services sans échange d’argent.

Partagez

Commentaires