6 bêtises que j’ai commises en m’installant en Thaïlande

Changer de pays, c’est aussi changer ses habitudes. On fait tous des erreurs lorsque l’on s’expatrie. Voici six erreurs qui furent les miennes et que je vous invite à ne pas commettre.

 

Acheter un hamster

Si comme moi vous enchaînez les visas de toutes sortes sans jamais savoir dans quel pays vous serez autorisé à vivre le mois prochain, avoir un animal de compagnie, c’est un peu la galère. Mais parmi les boules de poils que vous aurez l’occasion d’adopter, le hamster est une très mauvaise option. Pour être très honnête, je n’ai aucune idée d’où dans le vaste monde viennent les hamsters. Une chose est sûre, ils ne sont pas adaptés au climat thaïlandais. Lors d’une fraîche soirée d’hiver, alors que je vivais dans les montagnes du nord du pays, j’ai fait l’acquisition de Fundee, mon compagnon d’écriture. Fundee est doux, Fundee est affectueux, mais Fundee ne supporte pas la chaleur. Arrivé à la saison chaude, attendez-vous à devoir allumer la clim même lorsque vous quittez votre domicile par peur de voir la pauvre bête succomber aux chaleurs tropicales.

 

Hésiter à prendre une assurance santé

Avant de vivre en Thaïlande, je n’avais jamais été hospitalisé d’urgence de toute ma vie. Mais ça, c’était avant. Tout ça pour vous dire que j’étais bien content d’avoir une assurance quand je me suis retrouvé hospitalisé une semaine pour la première fois, et que j’ai eu un accident de scooter pour la deuxième fois. Parce qu’il ne faut pas se voiler la face, la Thaïlande c’est les plages, le curry et les massages, mais c’est aussi l’un des pays qui comptabilise le plus de morts sur la route. Globalement, les frais de santé ne sont pas très chers en Thaïlande. Inutile donc d’opter pour une assurance du feu de Bouddha qui couvrirait même votre aspirine en cas de gueule de bois. Mais souscrivez à une assurance hospitalisation car là la facture peut vite monter…

 

Louer une maison sans cuisine

La Thaïlande c’est génial, on trouve de la bouffe partout, c’est super bon, c’est pas cher, plus besoin de cuisiner. C’est ce qu’on se dit souvent lorsque l’on visite le pays comme touriste. C’est aussi ce que l’on se dit les premiers mois après avoir emménagé. Et ça tombe bien, on trouve facilement des appartements (voir des maisons) sans cuisine. Pourquoi s’encombrer ? Seulement, passés quelques mois, vous sentirez certainement venir la flemme lorsque le dimanche matin vous lutterez pour sortir de chez vous, que vous voudrez rester en caleçon et vous faire frire des œufs en préparant une grande tasse de café. Tout simplement. Peut-être comme moi prononcerez-vous même cette phrase qui pourrait sembler absurde depuis Paris : « j’ai faim mais j’ai la flemme d’aller au resto ». Et oui, si on veut s’embourgeoiser il faut assumer…

 

Chercher à comprendre les règles

Dans nos bourgades européennes, nous avons souvent l’habitude de raisonner en terme de règles, de lois, de normes, de procédures. Du coup la tentation est trop grande en arrivant en Thaïlande d’essayer de comprendre les règles qui régissent le pays, à commencer par le code de la route. Le fait de rouler à gauche donne-t-il la priorité aux véhicules venant de gauche ? Personne ne le sait mais là n’est pas la question. La vraie question à se poser est « pour ma sécurité, dois-je laisser passer le gros camion qui klaxonne ? ». Et la réponse est oui. Idem pour les visas. Si votre visa vous est refusé et que vous ne comprenez pas pourquoi, il est parfois plus efficace de prendre l’avion et de changer d’ambassade que de tenter de comprendre quel papier est supposé vous manquer.

Laissez-vous porter et surtout observez ce que font les autres plutôt que de chercher des règlements ou des textes de loi sur internet.

 

Amener ses rollers ou son skate

Si comme moi vous aimez vous déplacer en rollers, en skate-board ou en trottinette, pensez-y à deux fois avant d’opter pour ce moyen de transport en Thaïlande. Déjà parce que les routes ne sont pas très lisses et les trottoirs assez discontinus (voir inexistants), mais aussi parce que vous risquez de vous prendre un pick-up en pleine face.

Souvenez-vous, je vous avais expliqué que la loi sur la route était la loi du plus fort. Force est de constater que l’être humain sur rollers n’est pas bien haut dans cette chaîne alimentaire.

En vérité, les seules personnes que j’ai vu pratiquer le roller le faisaient dans un centre commercial à moitié déserté et j’avoue avoir repéré quelques endroits propices à la ballade en roller. Mais s’il est possible de pratiquer le roller loisir, oubliez-le comme moyen de locomotion pour tous les jours.

 

Croire que l’on va maigrir

C’est bien connu, en Thaïlande on mange sainement, du riz des fruits et des légumes. D’ailleurs les thaïlandais ne sont pas très gros. Et puis la chaleur ça coupe l’appétit. C’est ce que je me suis mis en tête en préparant mon départ, me gavant frénétiquement de quiche Loraine et de saucisson, persuadé de devoir « prendre des forces » avant d’être à la diète forcée au pays des noix de coco. Un doux rêve…

Chaque culture a ses plats gras et ses plats lights. La France n’a-t-elle pas la salade niçoise et la soupe au potiron ? Si comme moi vous aimez manger (… inscrivez ici l’aliment de votre choix …) trempés dans l’huile, vous serez servis. Fini les soupes de nouilles ou les salades de papaye, bonjour les pâtisseries à la noix de coco, les milkshakes à la manque et les nems (ok ce n’est pas très thaïlandais mais c’est mon pêché mignon). Oui, on peut grossir en Thaïlande. J’en suis la preuve vivante.

One thought on “6 bêtises que j’ai commises en m’installant en Thaïlande

  1. Bonjour, merci pour votre article plein de vérités qui m’a beaucoup fait rire par ailleur 🙂 Je me retrouve beaucoup dans ce que vous dites. J’ai fais l’erreur de partir lors de mon premier voyage en tailande sans assurance hospitalisation… PLUS JAMAIS ! On m’a conseillé de comparer les assurances sur des sites comparateurs en ligne. Je vous laisse vous faire votre propre idée. 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *